Jour 18 : Amsterdam - Putten - 56 kms

Dernière mise à jour : sept. 7

Bye bye Amsterdam, prochain arrêt Berlin !


Le réveil sonne à 7h30, et comme les nuits précédentes, celle-ci n’a pas été la meilleure du périple. Heureusement, le petit-déjeuner à base de gouda aux noix, biscuits et thé leur redonne de l’énergie. Le départ est tout de même difficile, ils replient la tente et partent à 10h30.

Aujourd’hui est une petite journée, ils commencent par rouler tranquillement sur les faubourgs Amstellodamois. Après un pont, ils arrivent sur un polder, une étendue artificielle de terre gagnée sur l’eau, le plus souvent en dessous du niveau de la mer. Le paysage tout vert est magnifique, ils voient la plage et beaucoup d’éoliennes.

Lors du déjeuner, ils mangent des paninis avec des chaussons aux pommes. Puis, ils retraversent un pont pour quitter le polder et revenir sur la terre ferme. Ils continuent leur route tranquillement. Vers 16h, ils font leurs courses et goutent des cookies.

Ils arrivent au camping à 16h30. Un superbe camping ! D’un côté une ferme avec des vaches, des chevaux, un poulailler etc. et de l’autre un camping. Le cadre est splendide ! L’accueil est très sympathique : ils peuvent mettre des affaires au frigo, faire une machine et acheter des œufs. Ils posent leur tente, la seule du camping, sur l’herbe verte puis vont acheter 6 œufs pour seulement 1€. Ils partent faire une lessive à la main afin d’avoir des habits propres pour la semaine qui arrive. La sympathique voisine qui avait un camping-car leur propose d’étendre leur linge sur son étendoir. Les garçons le rentreront avant d’aller se coucher, puisqu’il annonce de la pluie cette nuit. Ils mettent par le même temps leur dernière bière trappiste de Rochefort au frais pour pouvoir la boire à l’apéro.

Ils prennent le temps de discuter, en anglais et en allemand, avec un couple de retraité hollandais. Ils leur apprennent à dire bonjour, bon appétit et merci dans leur langue natale, mais les deux cerveaux de poissons rouges ont déjà tout oublié.

L’heure de l’apéro arrive, ils sortent les chips, le concombre, le fromage, et la bière fraîche. Au diner, nouvelle innovation : saucisses marinées avec salade de tomates et de concombres.

A l’heure du coucher, les garçons se font envahir par des limaces, ils se dépêchent de rentrer rapidement dans la tente.

Aujourd’hui comme Théo et Gabriel me l’on dit « on avait un rythme doux, on n’était pas des machines mais comme on avait le temps ça allait », ils peuvent être fiers d’eux pour ce qu’ils ont déjà parcouru.





73 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout