Jour 27 : Barleben - Wusterwitz - 74 kms

Ce matin les garçons prennent le soleil. Ils déjeunent tranquillement du thé au citron. Il ne leur reste plus que deux jours et 200 kms avant d'arriver à Berlin.

C’est le premier jour où ils partent avec les lunettes de soleil et des t-shirts. Premier coup de pédale à 10h, ils ont 50 kms à faire dans la matinée. Ils roulent le long du canal et dépassent des bateaux qu'ils klaxonnent, en réponse les habitants leur faisaient coucou. Comme d'habitude, ils traversent des petits villages et des petites routes de campagne.

Vers 11h ils s'arrêtent pour manger une barre de céréale. Leur seconde pause se fera à midi sous un pommier. Gabriel fait la courte échelle à Théo pour pouvoir cueillir des pommes. Celles-ci sont bonnes mais auraient été meilleures si elles avaient été encore deux semaines au soleil.

Ils continuent de longer le canal jusqu’à Genthin, où ils s’arrêtent déjeuner. Cette fois-ci ils décident de s’arrêter dans un supermarché car ils veulent des gros sandwichs. Face au rayon boulangerie il ne reste que deux baguettes, dans la tête d’ingénieurs ou plutôt de gros gourmands c'est un signe. Ils prennent les deux ainsi que des tomates, du jambon et du fromage, ils se font un giga sandwich. Comme digestif ils choisissent une tablette de chocolat, pas sûre que ça fasse digérer. Ils se demandent comment ils vont réussir à remonter sur le vélo.

Cet après-midi, il ne leur reste que 20 kms mais à chaque kilomètre ils se souviennent de la quantité de chose qu'ils ont mangé. Ils arrivent à Wusterwitz où ils s'arrêtent faire des courses : saucisses, bières, chamallow, chips, … Au moment d’acheter leur concombre une mamie les arrête et en allemand elle leur explique qu'il faut le manger en salade, elle leur donne même une recette. Les garçons sont surpris c'est gentil de sa part mais ils se débrouilleront comme ça.

La veille ils avaient repéré un coin d’herbe au bord du lac où se jetait le canal, mais ils arrivent dans une prairie sèche et l'eau est jonchée de roseaux de trois voire quatre mètres de haut. Ils essaient de trouver un moyen pour ne plus avoir les roseaux devant eux, donc ils longent la côte. Au bout d'un moment Gabriel voit un chemin, tandis que Théo garde les vélos, Gabriel s'enfonce dans les broussailles. Il avance doucement et au bout d'un moment il sent son pied s’enfoncer, il se retrouve dans l'eau des marécages jusqu'aux genoux. Lorsqu’il revient il pue, Théo mort de rire lui demande ce qu'il s'est passé. A imaginer la scène on rigole bien !

Ils décident de regarder à nouveau la carte afin de trouver un coin moins marécageux. Ils reprennent le vélo et s'arrêtent dans un endroit un peu plus boisé. Ils sont sur une petite plage, un coin parfait. Ils mettent les bières au frais dans le lac, et installent la tente. Ils essaient de faire un feu mais n'y parviennent pas, du moins au début, car ils n'ont pas assez de bois sec et que le briquet est en rade.

Au dîner c’est saucisses et chamallows grillés. Ils vont se coucher à 21h30 car demain est une très grosse journée mais la dernière à vélo. Une fois dans la tente ils entendent de la musique se rapprocher de plus en plus près d’eux. Théo sort la tête de la tente, il se rend compte alors que c'est un bateau sur lequel il y a une fête. Ils ont du mal à s'endormir demain le réveil sonne tôt mais ils seront à Berlin le soir.




63 vues1 commentaire

Posts similaires

Voir tout