Jour 10 : Faulx-les-Tombes - Ottembourg - 66 kms

La journée va-t-elle être aussi bonne qu'hier ?


Il est 8h, le réveil sonne. La nuit a été compliquée, c'était très inconfortable de dormir sur du béton. Un quart d'heure plus tard, les garçons voient arriver dans le camping, où ils s'étaient introduits illégalement, les ouvriers du chantier. Mince ! Vont-ils avoir un rappel à l'ordre, une plainte et si le propriétaire arrive ? Pas de panique ! Les ouvriers disent simplement bonjour, comme si de rien n'était. Théo et Gabriel finissent de petit-déjeuner et de ranger les affaires, ils partent à 10h. Ce qui change par rapport aux derniers jours, c'est qu'il faut mettre des chaussures et un imperméable déjà trempés de la veille, ce qui n'est pas très agréable et encore moins motivant !

Au début de la journée, ils alternent entre les montées et les descentes, mais les pistes cyclables empruntées sont mal faîtes jusqu'à Namur (Nameur). Ils arrivent dans un village pour déjeuner à 13h et avaient prévu le coup puisqu'il y a une boulangerie. Une fois devant la boulangerie ils tombent face à un panneau "Fermé pour congé annuel". A contrecœur, ils se rabattent sur le supermarché du coin, et mangent quelque chose d'un peu plus industriel que prévu.

Ils repartent, mais cette fois la route est pavée. Une horreur ! Tout tremble, les fesses, les mains, tout ! Après un moment, Théo voit le carton de barres de céréales tomber du vélo de Gabriel. Il s'arrête, le ramasse et se rend compte qu'il est vide. Gabriel a dû semer les barres le long de la route pavée. Il n'y a plus d'encas pour les sportifs.

Sur le chemin ils rencontrent des hollandais qui ont pris un an pour partir pour Istanbul. Et il se trouve, que c'était aussi leur dixième jour !

Ensuite, ils s'arrêtent à Wavre (Waver) dans un supermarché pour faire quelques courses pour le diner. Et là c'est le drame ! Théo dans toute sa splendeur ! Il voit le trou entre la chaussée et le trottoir mais il se dit "ça passe". Sauf que le vélo lui dit "ça passe pas". La roue avant se bloque dans le trou et la roue arrière décolle. Théo est éjecté, il passe par dessus le vélo ! Mais là devinez pas quoi, ceux qui connaissent bien Théo ne seront pas étonnés. Théo au lieu de se ratatiner comme tout le monde, il pose ses mains sur le sol et passe ses jambes entre ses bras. Le gymnaste a effectué un petit saut de lapin ! Gabriel est mort de rire, Théo n'a aucune égratignure, et le vélo a juste déraillé ! Un fou rire qui fait du bien après ces deux derniers jours compliqués et fatiguants. Ne vous inquiétez pas, je savais que vous alliez le demander, mais Victor va bien, il a été choqué au début, mais il n'a pas de bobo.

Après cette chute magistrale de Théo, il reste 25 minutes avant d'arriver au camping. Une fois arrivés au camping, les garçons voient qu'il est presque désert et que les seules caravanes sont vides. Assez flippant entre nous. Le propriétaire du camping refuse de les loger de prime abord, mais finalement accepte après le forcing des garçons. Depuis ce moment là, ils ne l'ont jamais revu, encore plus flippant.

Théo et Gabriel savourent leurs douches chaudes, dinent des pâtes aux sardines à la sauce tomate et aux petits légumes (une variante).

Ce soir il pleut encore, ils ont les pieds humides, mais au moins ils sont au chaud. Le propriétaire est toujours porté disparu, on espère qu'il ne se passera rien d'étrange durant la nuit ...








gif

gif

118 vues4 commentaires

Posts similaires

Voir tout